La démesure du monologue social !

par Arnaud (Webmaster)


Si le dia­lo­gue social se mesure en nombre de réu­nions comme vient de l’écrire le Premier Ministre, le nombre d’amen­de­ments dépo­sés sur le projet de loi de réforme de la Fonction Publique est plutôt révé­la­teur du mono­lo­gue social ins­tauré par le gou­ver­ne­ment.

Un rétro plan­ning qui en dit long…

- 50 réu­nions pen­dant 7 mois de mars à octo­bre, sans retour, sans appré­cia­tion, ni com­mu­ni­ca­tion de pro­jets de textes sur des thé­ma­ti­ques impo­sées.
- Pas de concer­ta­tion, pas de négo­cia­tion pen­dant les 3 mois sui­vants.
- Un projet de loi décou­vert 15 jours seu­le­ment avant la date but­toir de dépôt des amen­de­ments et qui com­prend des annon­ces jamais évoquées au cours de ces réu­nions !

Résultat : l’UNSA dépose plus de 100 amen­de­ments.

100 amen­de­ments qui mon­trent clai­re­ment que le gou­ver­ne­ment pra­ti­que le mono­lo­gue social et ne tient pas compte des pro­po­si­tions cons­truc­ti­ves de l’UNSA pour la fonc­tion publi­que et ses agents.

L’UNSA Fonction Publique demande au gou­ver­ne­ment de pren­dre le temps néces­saire pour qu’un véri­ta­ble dia­lo­gue social qui fait avan­cer posi­ti­ve­ment la fonc­tion publi­que per­mette un projet de loi utile et non régres­sif.

Les droits des agents publics, qui ont renou­velé récem­ment leur confiance à leurs repré­sen­tants, doi­vent être ren­for­cés et non affai­blis.

Bagnolet le 6 mars 2019
Luc Farré
Secrétaire Général de l’UNSA Fonction Publique

Date de la mise à jour de l’intégralité des documents du site : 19 Mars 2019